Diagnostic de la maladie parodontale

DPSI

Le DPSI (Dutch periodontal screening index) est un indice sur l’état de santé gingival, simple et rapide à réaliser, il permet de dépister des problèmes de gencives. Il suffit de mesurer la profondeur de poches maximale que l’on retrouve dans chaque sextant et de noter le score DPSI s’y rapportant :

0: 1 à 2 mm de profondeur et pas de saignement : gencive saine.
1: maximum 3 mm de profondeur et saignement après sondage.
2: maximum 3 mm de profondeur, saignement après sondage et présence de tartre et/ou de surplombs de restaurations.
3-: 4-5 mm de profondeur et pas de récessions gingivales.
3+: 4-5 mm de profondeur et présences de récessions gingivales (sur la même dent).
4: 6 mm et plus de profondeur.

On obtient un index parodontal global en prenant la plus haute valeur obtenue parmi les sextants

exemple :

exemple-diagnostic

L’index parodontal global pour ce patient est de 4. Cet index va nous permettre de rapidement placer le patient dans une stratégie de traitement:

cat-a

Score 0: gencive saine, score 1 et 2 le patient souffre de gingivite, le traitement sera de supprimer tartre et surplombs de restaurations et d’enseigner une technique de brossage dentaire et interdentaire plus efficace. Aucunes séquelles irréversibles.

 

 

 

 

 

cat-bScore 3- le patient souffre de parodontite débutante: un examen parodontal complet est indispensable. Des séquelles irréversibles sont présentes.

 

 

 

 

 

 

cat-cLe patient souffre d’une parodontite modérée à sévere, le pronostic des dents peut être mis en cause. Comme pour la catégorie B, un examen parodontal complet est indispensable

 

 

 

 

 

 

Examen parodontal complet

Comme dit précédemment, en cas d’index parodontal global supérieur ou égale à 3-, un examen parodontal complet s’impose.

  • Anamnèse : âge, tabagisme, maladies systémiques …. , ces données seront importantes notamment pour la pose du diagnostic de la maladie parodontale.
  • Profondeur de poche au sondage (de 4 à 6 mesures par dent) : Reflet de la charge bactérienne sous gingivale.

exam-paro-1

  •  Recherche de récessions gingivales et de leurs causes (parodontite, traumatique (brossage, freins)

exam-paro-2      exam-paro-3

  • Examen des furcations :
    Examen du degré de destruction de l’os inter-radiculaire
    Classe 1 : inférieur à 3mm
    Classe 2 : supérieur à 3mm
    Classe 3 : ouverte de part en part
    Furcation de classe 3

exam-paro-4

 

  • Recherche des signes inflammatoires gingivaux : Indice de plaque bactérienne, indice de saignement papillaire, couleur, forme, texture de la gencive.
  • Examen de la mobilité dentaire :
    Mobilité 1 : mobilité horizontale inférieure à 1mm.
    Mobilité 2 : mobilité horizontale supérieure à 1mm.
    Mobilité 3 : mobilité horizontale et verticale.
    Différentes causes possibles : occlusion, traumatisme, kyste etc..
  • Examen radiographique.
    Reflet de l’état des structures osseuses du parodonte.
    Radiographie panoramique, rx intrabuccales…

exam-paro-5

  • Recherche des facteurs d’accélération de la destruction parodontale :
    Facteurs locaux : Surplombs, bascule, tartre,…
    Facteurs buccaux : hygiène orale, tabac, traumatisme occlusale,…
    Facteurs Systémique : voir anamnèse, phénotype hyperinflammatoire, anomalie du collagène,…
    Cet examen complet peut être rempli sur une fiche type, ou sur ordinateur :

exam-paro-6  exam-paro-7

BILAN FAIT PAR ORDI

Grace à cet examen complet on effectue le diagnostic différentiel entre une parodontite chronique et une parodontite agressive ( (prépubertaire), juvénile, à progression rapide de l’adulte jeune.)

Le diagnostic est basé sur :

  • l’âge mais le plus important est le rapport avec le pourcentage de perte osseuse
  • le ratio âge / % de perte osseuse : inférieur à 1 dans le cas d’une pathologie agressive

exam-paro-8

LJP : parodontite juvénile, RPP : parodontite à progression rapide de l’adulte jeune, AP parodontite chronique

  • le type de perte osseuse :
    Verticale dans le cas d’une pathologie agressive car les pertes sont le plus souvent localisées sur certaines dents (1ère molaires et Incisives)
    PANO D’UNE AGRESSIVE
    Horizontale dans le cas d’une pathologie chronique ( attention certains facteurs de rétention de plaque peuvent donner l’impression de pertes verticales, alors que la pathologie est chronique.
    PANO D’UNE CHRONIQUE
  • présence de signes d’inflammations gingivales :
    Le plus souvent absents pour les pathologies agressives,

exam-paro-9  exam-paro-10

  • ils sont par contre souvent présents pour les pathologies chroniques. Attention cependant au patients fumeurs, le tabac diminue et masque les signes d’inflammations gingivale.